Harry Potter et l'enfant maudit - Un 8ème tome qui vaut la peine d'être lu?

9 années que les fans attendaient cela. Sans pourtant y croire. Voilà chose faite. J.K. Rowling, après quelques excellents livres, dont un signé sous pseudonyme, annonçait l'année passée la sortie d'un 8ème Harry Potter, sous forme de pièce de théâtre. 

Comme probablement tous les adorateurs du fameux sorcier, je me suis précipitée sur la pré-commande du livre, en anglais pour la première fois. Impatiente, j'ai compté les semaines, les jours et puis il est arrivé dans sa boîte en carton (j'ai hésité avec une chouette mais j'avais peur qu'elle se perde en route, ou qu'elle se fasse manger par mon chat, chose plus probable), le 31 juillet 2016, date qui coïncidait avec la première de la pièce de théâtre, jouée évidemment à guichet fermé au Théâtre Palace de Londres.

A mon retour de vacances, le livre est resté une semaine sur la table, fait étonnant car les derniers tomes avaient été engloutis en quelques jours seulement, une semaine pour le plus gros volume. Mais j'avais peur. Peur d'être déçue. Peur d'en vouloir à l'écrivain qui avait blanchi quelques unes de mes nuits des années auparavant. Pourquoi écrire une nouvelle histoire alors que la pré-supposée dernière se termine en apogée ? 

Et puis ce dimanche je l'ai commencé. Confortablement installée sur une chaise longue dans le jardin. Il me fallut une page d'adaptation, pour la langue et pour la forme (on ne lit pas tous les jours une pièce de théâtre) et puis la magie opéra à nouveau. La soif insatiable de tourner les pages me consuma et je refermai le livre aux alentours de 23 heures le soir-même. Terminé. Achevé. 

Pour les Moldus arriérés et peu intéressés par l'actualité, le 8ème tome se déroule 19 ans après la fin du dernier livre. Harry s'est marié avec Ginny et ont trois beaux enfants (Albus, James et Lily), tandis que Ron, marié à Hermione (nouvelle Ministre de la Magie) a une fille du nom de Rose. L'histoire commence lors du premier jour à Poudlard du fils aîné Albus, qui souffre en silence de la popularité de son père. Pour le résumé je m'arrête là. Pour les autres, sachez que vous aurez à faire [ATTENTION PETIT SPOILER] au fils Malfoy, qui s'avère être un très gentil garçon, à un Retourneur de Temps, au Tournoi des Trois Sorciers (!), à Dumbledore qui revit à travers son tableau (évidemment) et à beaucoup d'émotions. 

Difficile pourtant de vous donner un avis neutre et impartial. J'ai baigné dans l'univers Harry Potter dès l'âge de 8 ans, bien avant que ce dernier soit connu du grand public. A 11 ans j'attendais ma lettre pour Poudlard (qui n'est malheureusement jamais arrivée) et je déprimais à chaque fois qu'un nouveau livre sortait en anglais, forcée d'attendre sa traduction en français. Lire le 8ème tome c'est replonger dans son enfance et revivre les mêmes émotions - celles qui vous habitent lorsque vous ne semblez plus être un simple lecteur, mais un personnage de l'histoire. C'est aussi retrouver de vieux amis, qui vous ont accompagné une partie de votre vie, avec lesquels vous avez partagé des aventures uniques et passionnantes. 

D'un point de vue plus pragmatique, je trouve que l'écrivain a conservé son style, qui s'adresse autant aux enfants qu'aux parents. J'ai apprécié la manière dont le vocabulaire a légèrement évolué entre celui utilisé par Harry Potter, il y a 19 ans dans le premier livre, et celui plus contemporain utilisé par son fils Albus dans ce dernier volume. On peut être gêné au début par les subtilités stylistiques propres aux pièces de théâtre mais ce sentiment s'évapore rapidement au fur et à mesure de l'histoire. Quant aux personnages, ils sont restés pareils, avec les mêmes qualités qui les caractérisent: Ron le bout en train, Hermione l'intello, et Harry le réfléchi. Bref, ce 8ème tome est une réussite !

En refermant le livre, on se dit que l'histoire est tout simplement une belle métaphore de nous, lecteurs, qui voyageons pour la dernière et ultime fois dans le monde magique, à travers Poudlard, le Chemin de Traverse ou le Ministère de la Magie, tout comme Albus qui revit, grâce au Retourneur de Temps, quelques fragments de la jeunesse de son père.  

Quant à moi, mon dernier pèlerinage se fera à Londres, en espérant obtenir des billets pour la pièce de théâtre, et à travers les trois nouveaux e-books sur le monde magique crée par J.K. Rowling et le site "Pottermore", dont la sortie est annoncée pour le 6 septembre. La sortie du livre "Harry Potter et l'Enfant Maudit" en français est prévue pour le 14 octobre. Encore un peu de patience donc pour les francophones.  

... There is never a perfect answer in this messy, emotional world. Perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. In every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again. Be honest to those you love, show your pain. To suffer is as human as to breathe
— Dumbledore